Consentement, un mode de décision anti-exclusion

Dans la première version des status de la Pêche, monnaie locale nous avons écrit que les décisions seraient prises au consensus, cela revient à dire :
« Est-ce que tous les présents sont d’accord ? »

En pratique les décisions ne sont pas toutes consensuelles, tout le monde ne veut pas toujours se dire d’accord avec une décision. Parfois ceux-ci ne sont pas opposés à cette décision, c’est pourquoi il est proposé à l’assemblée générale extraordinaire du 24 mars 2018 de changer pour le terme consentement.
Le consentement c’est l’absence d’opposition à la décision, cela revient à dire
« Est-ce que quelqu’un s’y oppose ? »

Nous pensons en effet qu’une décision qui n’obtient pas le consentement doit être reportée, mieux expliquée et/ou amendée de manière à être admise.
Si il y a consensus c’est encore mieux, s’il y a consentement unanime on peut y aller.

D’autres modes de décision sont possibles et le plus connu est le vote majoritaire, dans ce mode une partie majoritaire impose son point de vue aux autres ce qui est jugé peu efficace sur le long terme car les personnes mises en minorité se sentent rejetées.

La Pêche s’est inspirée d’un mode de vote à choix multiples le preferendum (sans accents) pour prendre quand même les décisions en cas de besoin jugé urgent. (Wikipédia)