Tous les articles par Brigitte Abel

2 comptoirs permanents sur Montreuil !

Nous avons maintenant 2 comptoirs permanents pour faire du change sur Montreuil, chez deux partenaires écoresponsables qui partagent nos valeurs de solidarité, de citoyenneté et d’éthique, pour nous aider à reprendre notre économie locale en main :

  •  Chez l’opticien Montreuil Optic, 4 place Jean Jaurès, métro mairie de Montreuil, où vous pourrez changer en pêches le montant de votre choix et adhérer.
    Vous y trouverez de nombreuses paires de lunettes magnifiques, dont certaines fabriquées en Ile-de-France avec des produits biosourcés. Il y en a pour toutes les bourses et l’accueil et le service sont exceptionnels.
    Tel: 01.42.87.50.00
    https://www.facebook.com/Montroeiloptic

     
  • A la biocoop « Un écrin vert », au rayon traiteur où vous pouvez simplement trouver des enveloppes de 50 pêches, à payer de préférence en chèques à l’ordre de la pêche monnaie locale. Il y a un rayon vrac formidable où vous trouverez tous les produits que vous cherchez et une équipe chaleureuse ainsi qu’un très beau rayon traiteur.
    http://www.unecrinvert.fr/
    https://www.facebook.com/Biocoop93100
    01 48 95 27 20

Stand à la Biocoop de Montreuil le 6 novembre

La pêche vous accueillera chez son partenaire la biocoop de Montreuil Un Ecrin Vert, place Jean Jaurès, métro Mairie de Montreuil, le 6 novembre de 10h30 à 12h.

Ce sera l’occasion de tout vous expliquer sur les monnaies locales complémentaires citoyennes, pour des échanges plus locaux, plus solidaires, plus éthiques et plus démocratiques.

Ce sera aussi l’occasion pour vous de découvrir le formidable rayon de vente en vrac si vous ne le connaissez pas encore, les produits frais de qualité… Dans une ambiance chaleureuse et bienveillante.

Au plaisir de vous y retrouver !

Expérimentation : vente d’enveloppes de pêches chez « Un Ecrin Vert »

Pour la première fois, nous allons expérimenter
à partir du 6 novembre 2021
un nouveau service de vente d’enveloppes de pêches chez notre super partenaire montreuillois
la Biocoop de Montreuil un Ecrin Vert
place Jean Jaurès.

Un grand merci à Maya, Feriel et à toute l’équipe de lancer cette expérimentation. Et merci aux pêchu.e.s de faire en sorte que ça marche !

Précisions


  • Il s’agira de mettre à disposition des enveloppes de 50 pêches, avec des gros et des petits coupons
  • Vous les trouverez à l’espace traiteur, aux heures d’ouverture de la biocoop
  • Si vous avec un chéquier, merci de payer en chèque à l’ordre de « La pêche monnaie locale »
  • Important : vous devrez donner vos nom, prénom et numéro d’adhésion à la pêche, et surtout signer la feuille de suivi des enveloppes car nous avons l’obligation de suivre la circulation des pêches

C’est simple et rapide, il y a peu de manipulations et la biocoop ayant des heures d’ouverture assez larges, vous ne risquerez plus de vous trouver à court de pêches. Nous pourrons en parler ensemble le samedi 6 novembre matin car nous tiendrons un stand sur place à partir de 10h30. Au plaisir de vous y retrouver pour parler pêches !

La brasserie Croix de Chavaux dans le réseau de la Pêche !

Le brasseur de l’excellente bière Croix de Chavaux accepte la pêche. N’hésitez pas à allez déguster sur place et à découvrir cette brasserie accueillante à la déco spéciale.

8 rue Désiré Charton à Montreuil

Son créateur, Frédéric Poulain, très sympathique et passionné par son métier, est vivement intéressé par le développement de notre système économique alternatif. Il veut rester populaire et vend des super bières à 2,5 pêches.

Ses bières n’ont pas encore le label bio mais la qualité y est, pas de souci !

Stand aux Nouveaux Robinson de Montreuil le samedi 30 octobre

Bonjour, un stand de la pêche sera présents aux Nouveaux Robinson de Montreuil le samedi 30 octobre de 10h à midi pour avoir le plaisir de vous retrouver, et de discuter un moment, de faire des adhésions, du change d’euros en pêches…

Un rappel : tous les magasins des Nouveaux Robinson d’Ile-de-France acceptent la pêche monnaie locale.

La pêche, c’est des circuits plus courts, plus écologiques, plus éthiques, solidaires et citoyens, la création de liens de qualité pour contribuer à la transition vers une société plus heureuse et respectueuse de la nature et de l’humanité.

Au plaisir de vous voir samedi 30 octobre aux Nouveaux Robinson de Montreuil, place de la République, métro Robespierre

Yannick Popot, ostéopathe pêchu

Aujourd’hui je suis retournée chez mon ostéopathe, Yannick Popot. Comme d’habitude,  il a réussi à me remettre d’aplomb et je suis ressortie légère, avec l’impression d’avoir des ailes… Et comme ma mutuelle me rembourse une partie des séances, je n’hésite plus à le consulter de temps en temps.
Il se trouve au 51 rue Marceau (métro Robespierre) 93100 Montreuil
L’immeuble est en cours de ravalement, pas accueillant du tout, mais une fois que vous êtes dans sa confortable petite salle d’attente, le bien-être vous enveloppe petit à petit.

poposteo@gmail.com
Pour prendre un rendez-vous :
https://www.doctolib.fr/osteopathe/montreuil/yannick-popot

Yannick Popot, osthéopathe acceptant les paiements en pêches depuis le lancement de la monnaie locale citoyenne, nous explique pourquoi il a décidé de faire partie du réseau professionnel de la pêche : « Ce qui m’a attiré avec cette nouvelle monnaie, c’est vraiment son aspect local qui se traduit par des échanges plus humains, par des circuits plus courts. J’aime aussi qu’elle se démarque du système financier traditionnel, complètement déconnecté de la réalité.
Si j’ai un message à transmettre aux gens ? Oui : sortez, vivez, embrassez-vous. » 

Expérimenter un revenu universel pêchu pour les jeunes

La Pêche monnaie locale citoyenne construit un projet d’expérimentation de revenu de base inconditionnel  pour des jeunes de 18 à 25 ans avec l’association Revenu de Base Montreuil. 

Ce revenu régulier sera versé en partie en pêches, pour vivifier les échanges rééls et l’économie locale et surtout montrer comment un revenu de base universel pourrait ouvrir des portes de liberté, de la dignité, de la formation, du bien-être et de la citoyenneté… pour toutes et tous et bien sûr pour les jeunes qui aujourd’hui n’ont aucune aide pour entrer dans leur vie d’adulte.

Une question : le revenu de base universel ne serait-il pas tout simplement une évolution logique du service public, un complément indispensable pour une vie digne, plus égalitaire, pour redonner du sens à nos sociétés ?

En attendant notre expérimentation et pour alimenter la réflexion sur ce sujet, vous trouverez sur ce lien une belle émission de France Culture Introduction de l’émission de France Culture dont voici quelques mots d’introduction: « L’idée de revenu universel est-elle en train de devenir universelle ? En tout cas elle ne surgit pas par hasard. Et ce mot « l’universel » y est peut-être pour quelque chose. Il y a les questions fondamentales de justice que cette idée soulève. Mais certains parlent plutôt de revenu « inconditionnel » ou de revenu « d’existence… », avec Guillaume Mathelier et Philippe Vanparij.

Montreuil Optic acteur de la transition

La Pêche, monnaie locale citoyenne d’Ile-de-France, a interrogé les opticiens de Montreuil Optic, place Jean Jaurès à Montreuil. Leur adhésion à la Pêche il y a trois ans a été pour eux un engagement fort sur les plans écologique et social.
Ils ont même décidé de devenir comptoir d’échange pour permettre aux Montreuillois d’adhérer et de changer leurs euros en pêches dans leur belle boutique, juste à côté de la mairie.
Ils ont accepté un interview dans le cadre de l’enquête sur l’impact social des monnaies locales organisée par le mouvement SOL pour le Buen Vivir :

« – Dina, est-ce que le fait d’avoir adhéré à la Pêche monnaie locale citoyenne a changé vos pratiques en tant qu’opticiens ?
– Oui, Johan et moi avions déjà la volonté d’être une démarche écologique et ça nous a conforté dans cette direction. Par exemple, nous avons fortement réduit la vente de produits jetables, comme les lingettes. Nous avons choisi des produits durables, des lunettes fabriquées le plus possible avec des matériaux locaux, naturels et recyclables.
Nous faisons aussi très attention à prendre des fournisseurs dans une démarche éthique et respectueuse sur le plan social, avec leurs salariés et aussi sur le plan environnemental, sur le choix des produits.
Nous avons même trouvé un laboratoire en Ile-de-France pour la fabrication des lunettes, à Collégien, en Seine-et-Marne, pour favoriser des circuits courts.
– Est-ce que vous avez influencé vos fournisseurs dans cette démarche ?
– Oui, je pense en particulier au laboratoire qui utilisait des produits indiens et que nous avons incité à se fournir uniquement en matériel local et durable, c’est une grande satisfaction.
– Est-ce que le fait d’adhérer à la Pêche en tant que professionnesl a changé les échanges avec vos clients ?
– Oui,ça nous a amené une nouvelle clientèle, plus sensible aux différents aspects de la transition et ça nous a encouragé à faire encore plus de pédagogie sur le local et le durable, même si les clients finissent parfois par acheter ailleurs pour payer le moins cher possible mais nous sommes heureux de transmettre nos valeurs.
L’important pour nous, c’est de bien les accueillir et de bien les informer pour qu’ils choisissent en conscience ; ça prend beaucoup de temps mais c’est essentiel.

La Pêche veut sauver les terres agricoles franciliennes !

On croyait les terres fertiles du Triangle de Gonesse sauvées de la destruction depuis l’abandon du projet de méga-centre commercial et de loisirs EuropaCity. Erreur ! En ce début d’année, la Société du Grand Paris annonce la reprise des travaux de la gare, qui rendrait inéluctable l’urbanisation de la zone.

Les scientifiques et la Convention citoyenne sur le climat clament pourtant l’absolue nécessité de ne plus porter atteinte aux terres agricoles : toute nouvelle bétonisation accroît la menace sur notre avenir.

Dans l’urgence, des centaines de citoyennes et de citoyens se sont rassemblés sur place le dimanche 17 janvier et ont dit leur détermination à sauver ce patrimoine commun.  

La pêche monnaie locale citoyenne s’associe à cette lutte pour sauver les terres agricoles de l’Ile-de-France,
par souci d’écologie, du besoin d’approvisionnement en circuit court, du développement de maraîchage de qualité sur son territoire et des emplois associés.