Archives de catégorie : Media

Pour relancer l’économie, choisissons les monnaies locales

Reporterrre, le quotidien de l’écologie
28 avril 2020 / Simon-Pierre Sengayrac

 

 

 

Simon-Pierre Sengayrac

La crise que nous traversons a rappelé d’une manière violente et douloureuse à ceux qui l’avaient oublié que la mondialisation contient des risques : risque sanitaire, car les maladies circulent plus facilement dans un monde où tout se déplace (personnes et marchandises notamment), risque alimentaire puisque l’interdépendance agricole s’est traduite par des rayons vides dans nos supermarchés après la fermeture des frontières, risque économique, de manière générale, puisque la rupture des chaînes de production dans un pays révèle notre dépendance aux importations.

L’idée de relocaliser une partie de la production en France pour réduire ces risques fait donc son chemin en cette période de confinement. Mais comment engager la transition quand les entreprises privées prennent leurs décisions de manière autonome ? Si elles souhaitent continuer à produire à bas coûts dans un pays éloigné, personne ne semble pouvoir les en empêcher.

Les consommateurs tendent à l’oublier, mais ils possèdent en ce sens un outil d’une valeur bien supérieure à ce qu’ils imaginent : la monnaie. En économie, les dépenses des uns sont les revenus des autres. En dépensant son argent dans une entreprise, on assure à celle-ci la capacité de payer les salaires, de rembourser ses fournisseurs, ou encore de payer ses impôts. Or, dans de nombreux cas, nos dépenses font vivre des entreprises ayant délocalisé tout ou partie de leurs productions à l’étranger — où a été fabriqué le pantalon que vous portez ? la table dans votre salon ? D’autres entreprises, que nos achats font vivre, exportent leurs revenus dans des pays où l’impôt est plus faible, réduisant d’autant leur contribution au développement du pays où elles sont implantées.

Les monnaies locales complémentaires sont de puissants outils pour limiter ces effets et pour stimuler l’économie locale. Le principe est de payer sa consommation en utilisant la monnaie locale dans les points de vente qui l’acceptent. En retour, les commerces qui la récupèrent peuvent également l’utiliser pour payer les fournisseurs qui l’acceptent aussi. Pour en obtenir, il faut en faire la demande auprès de l’organisme émetteur (une association, par obligation légale depuis 2014) et sa valeur est à parité avec l’euro. Ainsi, puisque les grandes entreprises et groupes internationaux ne font des transactions qu’en monnaie nationale, ils sont de facto exclus de ce système.

Un commerce acceptant les euskos.

Relancer l’économie, localement

Les monnaies locales sont une véritable opportunité pour relancer l’économie en période de crise. Parmi les entreprises fortement touchées par le confinement, c’est sans nul doute les TPE, PME, commerçants et artisans qui sont plus durement frappés par la baisse de leur chiffre d’affaires. En manque de liquidités, la banqueroute est au coin de la rue. Par le déploiement de ces monnaies locales, on incite les consommateurs d’un quartier, d’une ville, d’une région, à dépenser leur argent en priorité dans les entreprises locales. Pour déjeuner le midi, avec seulement de la monnaie locale en poche, on ira consommer dans la brasserie du coin plutôt que dans une chaîne de restauration rapide. Multipliées par le nombre de consommateurs d’une zone géographique, ces « petites dépenses » sont la différence pour les entreprises locales entre rester en vie et faire faillite.

De plus, il a été démontré que la vitesse de circulation de ces monnaies était sept fois supérieure à celle de la monnaie nationale. [1] Par conséquent, un euro local crée plus de richesses car il permet de réaliser plus de transactions sur une même période donnée. En retour, ce sont également plus d’emplois créés dans ces structures et donc tout un écosystème composé de petites entreprises qui se développe et prospère. Comme la conversion en monnaie nationale a généralement un coût — 5 % pour la monnaie basque eusko, les consommateurs sont incités à en faire usage, ce qui renforce l’effet d’entraînement sur l’écosystème local.

Reconstruire un tissu industriel local par la monnaie

Mais ça ne s’arrête pas là. L’une des critiques courantes à l’encontre des monnaies locales est que leur mise à l’échelle est impossible – entendre : elles servent la librairie du quartier mais pas au-delà. Au contraire, elles servent aussi à organiser les rapports marchands entre entreprises. Certaines monnaies locales agissent comme de véritables réseaux, les entreprises les utilisant tout au long de leurs chaînes d’approvisionnement au sein d’un même territoire : du papier, pour fabriquer des livres, au bois, pour fabriquer des meubles, de l’exploitant agricole, qui fournit commerces et cafés, aux entreprises de services à la personne, les monnaies locales facilitent la construction de chaînes d’approvisionnement locales. Ainsi, plus de la moitié des entreprises utilisant l’eusko au pays Basque ont changé de fournisseurs après avoir adopté cette monnaie.

Et ça ne s’arrête toujours pas là. À l’inverse des monnaies traditionnelles, les monnaies locales ne reposent que marginalement sur le principe de l’intérêt. Dans sa forme la plus courante, il n’est pas possible d’emprunter de la monnaie locale quand on est consommateur. Le crédit aux entreprises en monnaie locale peut s’organiser à un très faible coût. La banque Wir, en Suisse, propose des emprunts en monnaie wir à des conditions défiant toute concurrence (taux bas, échéance de long terme, absence de frais) car la structure bancaire est moins coûteuse que celle des banques traditionnelles et qu’elle repose sur un système de dépôts en monnaie wir qui assure sa pérennité. En Suisse, une PME sur cinq utilise cette monnaie pour régler ses factures.

Plus de la moitié des entreprises utilisant l’eusko au pays Basque ont changé de fournisseurs après avoir adopté cette monnaie.

Les monnaies locales, outil de résilience

Ainsi, avec des entreprises qui échangent entre elles sur un même territoire et des consommateurs qui sont incités à dépenser leur argent dans certains points de vente, on contribue à relocaliser progressivement l’ensemble de la chaîne de production d’un territoire en se focalisant sur les solutions existantes ici et non ailleurs. En stimulant l’économie locale, on contribue à la création d’emplois dans un contexte où de nombreux secteurs licencient du fait des délocalisations stimulées par la concurrence de la main-d’œuvre à l’échelle internationale.

Ces monnaies n’ont pas vocation à remplacer la monnaie nationale. Toutes les entreprises ne peuvent pas les utiliser pour répondre à l’ensemble de leurs besoins d’achat. Mais il est grand temps que les consommateurs prennent conscience que notre économie est à une très grande majorité une économie de petites structures : plus de 99 % des entreprises, employant 47 % de la main-d’œuvre et générant 43 % du PIB marchand. Certains choix de consommation font la différence : contribuer au développement d’une entreprise locale ou faire prospérer une multinationale. Nous ne pourrons pas faire l’économie d’une monnaie nationale et des grandes entreprises pour répondre à certains de nos besoins. Mais si nous pouvons faire le choix du local à chaque fois que la possibilité se présente, nous aurons contribué à recréer une économie résiliente.

La monnaie circule. Nous pouvons décider au profit de qui.

https://reporterre.net/Pour-relancer-l-economie-choisissons-les-monnaies-locales

La crise économique, propositions de Bertrand Séné

Bertrand Séné, économiste membre de la Pêche monnaie locale citoyenne, nous parle de crise économique, en lien avec la crise sanitaire actuelle.

La plupart des économistes pensent que le confinement va entraîner une gigantesque crise économique. Pourtant, contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce n’est pas l’arrêt d’une grande partie des activités économiques qui pose problème, mais la façon dont on va gérer les dettes (au sens large), c’est-à-dire ce que chaque entreprise et chaque ménage s’est engagé à payer à d’autres.
Payer l’ensemble des dettes sera impossible : il faudra en reporter, mais aussi en annuler beaucoup.
Dès lors, on comprend bien qu’il faudra nécessairement changer quelques règles du jeu pour éviter les faillites, le chômage et la précarisation.
Or changer de règles nous ouvre aussi des possibilités nouvelles et infinies, notamment pour aller vers une économie vraiment durable.

Nicolas Briet : des pistes pour financer la transition écologique et climatique

Nicolas Briet vient de finaliser l’écriture d’un livre qui marque l’aboutissement de 10 années d’enquête et de recherche pour comprendre la planète finance : « Je décris les principaux dysfonctionnements que j’ai perçu dans le système financier et monétaire. Ensuite je donne également des pistes de solutions pour rectifier la situation. Dans la dernière partie je présente mon engagement pour le lancement de la monnaie locale de Lyon : La Gonette. J’ai vécu une grande aventure scientifique, monétaire et humaine. J’y ai appris beaucoup de choses. J’ai notamment pu constater les forces et les limites des monnaies locales. C’est suite à cette expérience que j’ai pu théoriser les pistes possibles pour permettre aux monnaies locales de passer au niveau supérieur. C’est à ce moment précis que je livre cette grande idée qui m’a été confiée par un sage en juillet 2018. Cette idée est très puissante et c’est celle-ci que je souhaite livrer à temps aux 150 citoyens tirés au sort. Cette grande idée va permettre de financer partiellement ou complètement les diverses propositions que la convention va soumettre au gouvernement. Il va nous falloir beaucoup d’euros pour financer la transition écologique et climatique. Il faut se réapproprier la source de l’argent : la création monétaire.
La grande idée est de récupérer les 100 Milliards d’euros qui échappent à la France chaque année, via l’optimisation et l’évasion fiscale. Mais Comment ?? … ».

Un bel article sur la pêche dans le journal de Fontenay-sous-Bois

     

La pêche se développe à Fontenay-sous-Bois.

 

Elle était présente au festival des Aventuriers mi-décembre et le journal municipal lui a dédié un bel article : lire https://www.fontenay.fr/…/Graine…/graines-de-fontenay-18.pdf

Si vous habitez Fontenay-sous-Bois ou les alentours, venez vous joindre à nous pour développer la pêche monnaie locale citoyenne.

Ecrivez à bienvenue@pechemonnaielocale.fr

Que Choisir présente les monnaies locales

On salue la publication d’un article détaillé sur les monnaies locales de France dans le numéro de janvier 2019 de Que Choisir.

Les différents aspects des projets de monnaies locales (anti-spéculation, dynamise le commerce local, solidaire, écologique, lien social et éducation populaire) sont présentés au travers des célèbres Eusko, Sol violette, Pêche et Miel mais aussi du Y’aca qui s’associe au covoiturage ou du rolon, uniquement numérique, sans oublier le mouvement SOL, lieu d’expérimentation des inititives citoyennes en matière d’économie sociale et solidaire.

La Pêche est citée plusieurs fois, en particulier pour son coté solidaire à travers les fromages suspendus d’Eric (place de la Fraternité à Montreuil) et ses Pêches solidaires présentées par Brigitte, coprésidente, mais aussi pour sa relation avec l’administration par la voix d’Ibrahim Dufriche, premier adjoint de la ville de Montreuil.

Un tableau comparatif de 15 projets montre les différentes options et les états d »avancement.

L’article se termine avec onze questions pratiques que l’on se pose sur les monnaies locales. A lire donc…

la NEF, la Montreuilloise et la monnaie Pêche

Dans la série sur les gestes éco-citoyens, Julien Vidal de « Ça Commence Par Moi »
nous livre ses conseils pour mettre son argent au service de l’écologie :

JulienVidéo de 5 minutes où il explique comment agir pour la transition en choisissant la NEF.
Où il s’intéresse à un des emprunteur de la NEF : Jérôme le brasseur de la Montreuilloise,
Où il paye en Pêches ‘pour boucler la boucle’. Merci à lui, c’est très clair et dynamique.

La série a commencé avec « comment être un consommateur responsable » où il rencontre les tontons recycleurs de la Recyclerie du 18e.

Notez que la Montreuilloise propose en ce moment un financement participatif pour soutenir son dévellopement.

La Pêche à Saint-Maur le Samedi 29 Septembre !

L’évènement de la Fête des Possibles organisé par Saint Maur en Transition (Smet 94) a été un succès ! Plus d’une soixantaine de personnes ont sillonné la ville à bicyclette pour découvrir des initiatives citoyennes, écologiques et durables, dont le projet de la Pêche, Monnaie Locale. 
Des Pêchus du 94 se sont déplacés pour l’occasion et ont répondu aux nombreuses questions des citoyens.
Le parcours à bicyclette de 6 km, jalonné de quatre arrêts, a été commenté par Le Parisien.

 

MOOC monnaies complémentaires

La plateforme FUN-MOOC et le CNFPT proposent une deuxième session du cours gratuit en ligne consacré aux monnaies complémentaires. FUN-MOOC

Des séquences d’informations/tests se succèdent pendant 5 semaines, un forum permet des échanges et des formateurs supervisent les apprentissages. C’est un bon moyen d’apprendre à temps perdu, selon vos disponibilités.

Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 20 octobre.
Les cours ont commencé le 17 septembre.
Une attestation de suivi avec succès sera éditée à votre nom.

Plan du cours

Semaine 1 : Les clefs de compréhension de la monnaie, de ses fonctions, de son rôle de lien social
Semaine 2 : Les monnaies complémentaires dans les dynamiques territoriales : panorama, enjeux et perspectives
Semaine 3 : Les monnaies complémentaires en pratique (I)
Semaine 4 : Les monnaies complémentaires en pratique (II)
Semaine 5 : Effets et impacts des monnaies complémentaires locales